• elukraine

Lettre ouverte : le sport peut-il être en-dehors de la guerre ?

Dernière mise à jour : 17 sept.

Le 24 février 2022 la Fédération de Russie a lancé une invasion injustifiée de l’Ukraine. En six mois, l’armée russe a rasé des villes et des villages, a commis tous les crimes de guerre possibles, a émis des menaces nucléaires. Un front commun international s’est formé pour soutenir l’Ukraine, pour l’aider à défendre sa souveraineté en mettant en place des sanctions de plus en plus drastiques, pour forcer la Russie d’arrêter sa guerre génocidaire. La France, les Français ont montré que la liberté, la fraternité et l’égalité avaient tout leur sens dans ce combat commun contre le nouveau fascisme. Dans ce contexte, la communauté ukrainienne de la région Lorraine s’adresse aux organisateurs de Moselle Open avec une simple question : les sportifs russes, que font-ils parmi les participants au tournoi ? Et ce pendant que les sportifs ukrainiens n’ont pas la possibilité de s’entraîner. Pendant que les sportifs ukrainiens ont pris les armes pour défendre leur pays de l’invasion injustifiée de la Fédération de Russie. Pendant que les sportifs ukrainiens meurent sous les bombes russes.


Les sportifs russes ne se montrent pas très éloquents en évoquant la guerre menée par leur pays. Les déclarations publiques des joueurs russes laissent à désirer. Celles de Daniil Medvedev sont tout au moins ambiguës : être pour la paix n’est pas une opinion. Il n’a pas d’avis, en ses propres termes : il est « simplement heureux de pouvoir jouer au tennis ». En attendant son collègue, le tennisman ukrainien, Andriy Medvedev (quelle ironie !) est au front et n’a pas cette opportunité de « simplement jouer au tennis » parce que le pays de Daniil Medvedev a déclenché une guerre contre le pays de Andriy Medvedev. Karen Khachanov va plus loin en déclarant que les joueurs russes ne sont pas responsables de la guerre. Un rappel sur les notions de culpabilité et de responsabilité est nécessaire. La culpabilité est toujours individuelle : tant que Messieurs Daniil Medvedev, Karen Khachanov ne participent pas à la guerre dans les rangs de l’armée russe, ils ne peuvent pas être jugés. La responsabilité à son tour peut être collective. Les sportifs russes sont collectivement responsables. Que cela plaise ou non. Que l’on trouve cela juste ou non. Que l’on soit d’accord ou non. Ils sont ambassadeurs de l’Etat qui est en train de mener une guerre génocidaire en Europe, de l’Etat qui politise le sport et qui utilise le sport dans sa propagande. Les sportifs russes représentent leur pays. C’est un fait. Le drapeau blanc en guise de feuille de vigne n’annule pas cette réalité.


Pour finir, le sport nous permet de nous discipliner, de nous surpasser, de donner le meilleur de nous-mêmes. Hélas les sportifs russes ne montrent pas l’exemple. A l’heure où le régime de Kremlin fait du chantage nucléaire. A l’heure où l’Europe risque une crise énergétique. A l’heure où il faut rester uni face à cette guerre hybride. Le monde sportif n’a pas compris les enjeux. Mais la guerre qu’elle soit hybride ou ouverte, elle n’épargne personne. A la fin elle obligera à choisir son camp.

54 vues0 commentaire